Quoi Faire Montreal

Concert – Spectacle – Night club – Show – Aujourd'hui

18/03/2010 – Srebrenica : l'absence

Posted on | mars 18, 2010 | No Comments

Dans l’exposition SREBRENICA : l’absence, le photojournaliste Roger Lemoyne présente des images réalisées sur une période de plus de dix années suivant le massacre de Srebrenica en 1995 en ancienne Yougoslavie. De la documentation d’un événement d’actualité d’une réalité évidente, les images transitent vers une représentation moins tangible des faits, celle de la mémoire. Roger Lemoyne espère ainsi témoigner de la survivance et de l’importance de ne pas oublier.

Rappelons qu’en juillet 1995, l’Armée de la République serbe de Bosnie prenait d’assaut le havre musulman de Srebrenica. Pendant cinq jours, sous l’indifférence des Casques bleus hollandais de l’ONU, les soldats assassinèrent plus de 7000 hommes et adolescents dans des champs, des écoles et des entrepôts situés à proximité de la ville. Le massacre de Srebrenica fut le point culminant des atrocités perpétrées pendant la longue guerre en Bosnie-Herzégovine et sera légalement identifié comme le seul cas de génocide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce crime aura finalement poussé la communauté internationale à réagir afin de mettre un terme aux affrontements.

À Srebrenica s’ensuivit une lutte amère entre l’oubli et le souvenir, le crime et la justice, le mensonge et la vérité. Des organisations venant en aide aux survivants, comme  « Les mères de Srebrenica », travaillèrent sans relâche afin de créer un monument commémoratif en l’honneur des victimes et à tout mettre en œuvre pour que soient traduits en justice les auteurs du massacre. Malgré la création du tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie à La Haye et la capture de Radovan Karadzic, le général serbe Ratko Mladic, l’homme auquel le massacre de Srebrenica est directement imputable, demeure toujours en liberté.

Quinze ans après le massacre, la maison de la culture Frontenac présente l’exposition SREBRENICA : l’absence. Roger Lemoyne explique son parcours et sa démarche en ces termes :

« J’ai d’abord suivi les fluctuations du conflit et les migrations de la population dans les Balkans lors de l’hiver de 1994 pour ensuite retourner en Bosnie durant l’été de 1995 quelques jours seulement après le massacre de Srebrenica, puis à nouveau au printemps de 1996 alors que la guerre prenait fin. En 2002, je documentais le processus d’exhumation et d’identification des hommes de Srebrenica portés disparus et le retour des dépouilles aux familles. J’étais également présent en 2003, à l’ouverture du Centre Commémoratif de Potocari et enfin, en 2006, au moment du processus de reconstitution des corps exhumés.

Alors que les événements s’estompent et que les sujets d’actualités quotidiennes se fixent dans l’Histoire, alors que les expériences directes deviennent des souvenirs, les photos de cette série se transforment d’objets de documentation en images évocatrices. Le passage du temps, la disparition des êtres chers, le besoin de justice et l’importance de se souvenir sont des thèmes que je tente de traduire en images. Cette tâche demeure toutefois l’une des plus ardue en photographie. Comment, en effet, photographier l’absence— »

Roger Lemoyne parcourt le monde depuis de nombreuses années dans le but de documenter des événements par des photos qui montrent la vérité dans ses aspects les plus difficiles tout en libérant de ces scènes inqualifiables le petit rien qui porte à espérer. Il est récipiendaire de nombreux prix dont le World Press Photo, l’Alexia Grant, l’Art Directors Club of New York, l’Ernst Haas Award, le Pictures of the Year International, le Px3, le Communication Arts Photography Annual et le Prix Bayeux-Calvados.

''

Comments

Leave a Reply





  • Derniers Événements ajoutés